Conseils pratiques pour débuter dans le ministère (Partie 1).


Vous pensez être fait pour le ministère et souhaitez dédier votre vie à Dieu? Vouloir se lancer dans le ministère est une belle aspiration, il y a en effet rien de plus noble que de dédier sa vie en sacrifice au service de Dieu dans un monde où les désirs des uns et des autres sont de plus en plus égoïstes et où les gens sont centrés sur eux-même. De plus, servir Dieu dans le ministère, c'est lui appartenir d'une façon spéciale à la manière des lévites dans la Bible qui bien que faisant partie du grand Israël, étaient quand même la part spécialement consacrée à l'Éternel car ils devaient veiller au trésors de la maison de Dieu et aux choses saintes.


Se lancer dans le ministère est donc une bonne chose mais par ces différents points, vous êtes invités à analyser les raisons de votre aspiration et à découvrir les exigences du Seigneur lorsqu'il vous appelle au ministère.


1. La motivation

Vous devez tout d'abord analyser la raison pour laquelle vous voulez vous lancer dans le ministère. Car on ne se lance pas dans le ministère comme on opterait pour un choix de carrière... Le ministère est toujours le résultat d'un appel spécifique de Dieu sur votre vie. Vous devez donc tout d'abord vous poser la question du pourquoi? Pourquoi je souhaite me lancer dans le ministère? Est-ce parce que mes parents sont dans le ministère? Est-ce parce que j'ai de l'admiration pour des hommes de Dieu? Ou encore, et ça c'est moins avouable, parce que j'envie secrètement leur train de vie ? Vous devez véritablement considérer les raisons de vos aspirations. La parole dit certes que ceux qui auront enseigné brilleront perpétuellement comme des étoiles (Daniel 12:3) mais elle dit aussi que ceux qui auront enseigné seront jugés plus sévèrement (Jacques 3:1). Enseigner et prêcher la parole de Dieu est une grande responsabilité qui vous place en position d'autorité sur ceux à qui vous enseignez. Et nous savons que toute autorité vient de Dieu. Commencez donc tout d'abord par vous demander si l'autorité avec laquelle vous voulez prêcher/enseigner vient de Dieu ou si vous n'êtes pas entrain de vous arroger cette autorité par vous-même.


2. La vision

Une fois que vous avez fait le point sur vos motivations maintenant vous pouvez passer à la vision. Le Seigneur ne donne pas forcément toute la vision dès le départ mais il en donne les grandes lignes. Vous appelle-t- il à l'office d'apôtre, de prophète, de pasteur, d'évangéliste ou d'enseignant? Je rappelle que nous parlons ici du ministère dans le sacerdoce. Même si nous nous en donnons pas toujours le titre, Dieu nous appelle à des ministères spécifiques et a mis dans chacun de ses ministres une onction spécifique en fonction du ministère qu'ils doivent occuper. Ainsi un évangéliste sera un piètre enseignant et un pasteur, même s'il a l'onction prophétique ne pourra pas tenir l'office de prophète. Dans votre appel, le Seigneur a dû préciser ce à quoi il vous appelait... Et si malgré tout, ça reste flou, vous êtes en droit de lui poser la question. Ensuite, il convient très vite d'avoir une idée sur l'étendue du territoire sur lequel Dieu vous positionne. Votre ministère est-il appelé à être national, international? Cette connaissance vous aidera à vous positionner pour faire aux obligations qui découleront de votre ministère selon son importance.


3. Les associations

En fonction de la vision, vous aurez peut-être besoin d'associer d'autres personnes pour permettre à la vision de se déployer. Trop souvent, et c'est malheureux, les gens ont tendance à avoir une relation trop personnelle avec leur ministère. Certains peuvent agir comme si leur ministère était le prolongement d'eux-même or il s'agit du ministère de Christ. Il est même libre s'il veut de vous remplacer par quelqu'un d'autre au sein d'un ministère que vous auriez déjà commencé et si jamais vous êtes appelé à disparaitre un jour, il n'est pas obligé de passer le flambeau à vos enfants. Il peut très bien désigner quelqu'un d'autre pour poursuivre SON oeuvre. Le ministère est donc l'oeuvre du Seigneur et non pas la vôtre. De ce fait, en fonction de la vision que vous avez reçue, il peut être nécessaire de s'associer avec des partenaires d'oeuvre afin que la vision du Seigneur puisse se déployer à son maximum. Mais il convient bien évidemment d'être conduit par le Saint-Esprit pour vos associations car si les bonnes associations permettent à l'oeuvre de s'étendre, les mauvaises peuvent carrément détruire un ministère.


4. La discipline

Oeuvrer pour le Seigneur n'est pas synonyme de vacances toute l'année. Parmi ceux qui veulent se lancer dans le ministère, il y en a beaucoup qui y aspirent pour "échapper "au travail. Depuis que je sers le Seigneur dans mon ministère, j'ai compris que ce n'était en rien différent que de travailler pour une entreprise par exemple et j'ai compris qu'il exigeait de moi que je me discipline. Je ne me rends certes pas à un travail tous les matins, mais je n'ai pas le droit de me prélasser tous les matins non plus... Je n'ai même pas droit aux grasses matinées!


Voici à quoi ressemble une de mes journées type:


- Réveil à 4:30 pour prier et méditer la Parole de Dieu pendant 2h;

- Petit-déjeuner à 7h;

- Dès 7h30'/8h00' je commence avec le service pour Dieu sur mon ordinateur, après avoir consulté l'espace de travail virtuel dans lequel nous nous répartissons les taches avec mon équipe. Selon le programme de la journée, je poursuis soit l'écriture ou la relecture d'un livre que je dois publier, je prépare un article à publier pour la rubrique qui figure sur l'espace de travail virtuel, je m'occupe de l'application du ministère, je prépare des montages vidéos, je réponds aux mails, je prends le temps de me cultiver pour l'oeuvre par d'autres lectures, je conçois des cours et des formations, j'enseigne les brebis du Seigneur via des plateformes virtuelles et je prépare aussi des ateliers sans compter les autres projets personnels ...


Toutes ces activités me prennent toute la journée et je dois me coucher tôt (21h) selon les exigences du Seigneur.


Faire "tourner" un ministère selon les critères d'excellence attendus du Seigneur va vous demander de vous discipliner et de ne rien laisser passer. Un ministre de Dieu n'est pas libre de se lever, de se coucher, de sortir ni même de manger comme ça le chante (il doit manger sainement et sans excès). Il est comme un athlète qui doit rationaliser tout ce qu'il fait pour être efficace dans la course qu'il doit courir. Et il doit en tout temps rendre des comptes à un coach qui peut se montrer intransigeant.

1 Timothée 3:2-3 "Il faut donc que l'évêque soit irréprochable, mari d'une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l'enseignement.Il faut qu'il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé..."


Nous continuerons la prochaine fois sur la deuxième partie de cet enseignement et j'énumèrerai les autres aspects à ne pas négliger lorsqu'on se lance dans le ministère.


D'ici là, soyez gardés dans la paix de Christ!

© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.