• armarquise

Quand l'attente se fait longue...


On a tous reçu un jour une promesse de Dieu qui nous a mis dans une joie immense au point de la partager à notre entourage en scandant : Dieu m'a parlé, Dieu m'a parlé!!! Il m'a dit que je vais me marier, il m'a dit que mon fils va guérir, Il m'a dit que je trouverais un emploi etc... et la liste est longue. Malheureusement bien des années peuvent s'écouler sans que la promesse ne se réalise et l'enthousiasme des débuts peut laisser place à la frustration, à la colère contre Dieu ainsi qu'au doute. On se retrouve à se demander si Dieu nous a vraiment parlé? Les questionnements s'installent et se multiplient. On se demande ce qui ne va pas? N'aurait-on pas fait ce qu'il faut pour que la promesse se concrétise? Ne serait-ce pas l'ennemi qui est derrière tous ces blocages? Sans le savoir, ce climat de doute et d'inquiétude ouvre l'accès au découragement ainsi qu'au désespoir et on finit par perdre la foi.


Je connais une jeune fille qui disait avoir reçu de Dieu qu'elle allait se marier "bientôt". Je ne sais pas ce qu'elle entendait par " bientôt " mais je sais qu'après plus d'un an d'attente, aucun homme ne s'était encore présenté à elle dans l'optique de l'épouser. Dans son impatience, la jeune soeur avait donné un dilemme au Seigneur en disant: Avant "x" date je dois être mariée. Le temps passe, l'âge avance, je ne veux plus attendre. Quelque soit la personne qui se présente, chrétienne ou pas, je dois me marier. Quelques temps plus tard, la jeune soeur s'est mariée mais le résultat était désastreux: l'entente n'était pas au rendez-vous dans le couple et le quotidien était plutôt rythmé par des disputes et des insultes! Dans ces conditions, le divorce était inévitable. La procédure a été entamée et toute cette mésaventure lui a laissé à la solde deux enfants en souffrance, des pourparlers interminables avec les avocats, le casse-tête pour trouver des assistantes sociales, des procédures pour réclamer une pension alimentaire etc.


C'était désormais bien loin la petite vie tranquille et paisible qu'elle avait pu avoir avant son infortune!


À toi qui me lis, laisse moi te dire ceci ; la seule chose qui fait la différence pendant l'attente est Notre attitude.


Pendant que beaucoup de chrétiens pensent à tort que passer leur temps à se lamenter du matin au soir, à raconter leurs souffrances à tout le monde, à avoir une mine défaite arrangera leur situation, il serait plus sage de :


- Faire confiance à Dieu. Si Dieu dit qu'il le fera, cela veut dire qu'il le fera certainement. La Parole dit par ailleurs qu'il n'est pas un homme pour mentir. Je te propose de méditer sur l'histoire d'Abraham qui est un exemple très à propos.


- Reconnaitre que la notion de temps pour l'homme et pour Dieu sont deux choses différentes. La parole dit qu'un jour sont comme 1000 ans pour Dieu et vice versa.

- Avoir un coeur soumis à Dieu. Très souvent nos actes de rébellion découlent d'un coeur qui n'est pas soumis à Dieu, et cela génère bien des frustrations.


- Savoir que Dieu n'est en aucun cas manipulable. Ni nos pleurs, ni nos plaintes, ni nos jérémiades ne peuvent accélérer l'action que Dieu a prévu de poser en son temps.


- Apprendre à aimer Dieu pour ce qu'il est et non pour ce qu'il donne. Quand notre amour pour Dieu est sincère, il ne dépend en aucun cas de ce qu'il nous donne ou ne nous donne pas. On l'aime et cet amour nous comble en toute chose.


Puisses - tu attendre patiemment la promesse de Dieu en te rappelant chaque jour que tu as déjà tout en Lui.


Ta soeur Armelle Ndoungue 💖

.

35 vues
© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.