Pourquoi faut-il protéger son coeur de l'offense?

Mis à jour : sept. 24


On entend souvent dire que l'offense est un piège dans lequel il est dangereux de tomber. Le problème est qu'on ne sait pas trop comment se protéger de l'offense et surtout pourquoi il faut s'en protéger? Que se passe-t-il lorsqu'on accepte l'offense? Quelles en sont les conséquences pour notre âme? Les conséquences de l'offense peuvent-elles affecter notre vie spirituelle et notre relation avec Dieu?


Nous avons malheureusement autour de nous des familles, des couples ou encore des amis qui se sont séparés à cause de l'offense. Le pire c'est lorsque des enfants ne parlent plus à leurs parents pendant des années, ou que des grands parents n'ont jamais rencontré leurs petits enfants parce que les personnes sont en conflit à cause de l'offense... La situation de crise peut durer des années car l'offense peut avoir engendré du ressentiment, de la rancune ou de la colère et chacun se complait dans son coin et entretient ces sentiments négatifs en se remémorant sans cesse de l'offense subie.


Le problème est qu'on a tendance à voir les choses uniquement sous le spectre naturel et on ignore l'angle spirituel. On se bat pendant des décennies contre la chair et le sang et on tombe dans le piège de l'ennemi qui utilise ces situations pour injecter l'offense dans le coeur des personnes afin de venir voler, égorger et détruire.


La première raison pour laquelle il faut protéger son coeur de l'offense est que cela donne à l'ennemi un accès à votre vie et à tout ce qui gravite autour. Accepter l'offense c'est ouvrir soi-même la porte à l'ennemi pour venir vous manipuler; Une fois qu'il a injecté son venin et que cela "prend bien", il peut faire pousser toute sorte de poisons (manque de pardon, rejet, colère, ressentiment, amertume) qui vont se propager, vous intoxiquer et finir par vous détruire. C'est le but derrière l'offense.

Tous les jours et en tout temps, l'ennemi utilise plusieurs situations pour injecter le venin de l'offense. Cela peut venir de la personne qui vous a mal reçu à un guichet et s'est montrée désagréable envers vous, d'un ami qui a livré vos secrets, du conjoint qui vous a trahi en étant infidèle, d'un parent indifférent, des abus physiques et psychologiques... L'offense peut être plantée dans bien des situations.


La Bible dit que toute grâce excellente et tout don parfait vient de Dieu (Jacques 1:17). Par conséquent, sachez que toute situation injuste, malheureuse et qui est sujet de division est provoquée par l'ennemi. L'ennemi qui utilise nos propres convoitises, crée des situations où les personnes sont tentées de trahir, de médire, d'abuser des autres afin de planter chez la victime le venin de l'offense et quelques fois chez l'offenseur celui de la culpabilité qui vise également à détruire ce dernier. L'ennemi n'est ni du côté de l'agresseur, ni du côté de l'agressé, il est simplement là pour tout détruire. Le combat n'est donc pas contre la chair et sang mais contre ces dominations et ces principautés qui font la guerre à nos âmes. Seuls la connaissance de Christ et le développement des fruits de l'esprit protègent des pièges tendus par l'ennemi, sinon tout le monde y tombe car nos regards sont fixés sur la personne que l'ennemi a utilisé pour nous faire du mal et non pas sur la racine du mal.


La Bible dit de ne pas laisser le soleil se coucher sur notre colère (Eph.4:26), pourquoi donc? Parce que plus le temps passe, plus l'offense s'installe et ces poisons se propagent. Lorsque le ressentiment, l'amertume ou encore la rancune naissent de l'offense, vous êtes vulnérable et à la merci de l'ennemi qui peut à travers vous détruire votre couple, détruire des familles, détruire des amitiés... Non seulement vos relations sont détruites mais en plus, ces sentiments négatifs affectent votre joie et votre paix, ce qui nous amène à la deuxième raison pour laquelle il faut protéger son coeur de l'offense.


L'offense vous vole les fruits de l'esprit. Dans sa parole, Jésus dit que le prince de ce monde vient et qu'il n'a rien en lui (Jean 14:30). En effet, durant son passage sur terre, Jésus a fait preuve de compassion, d'amour, de patience et de bonté. On ne l'a jamais vu éprouver de la rancune, médire, ne pas pardonner ou être méchant. Il n'avait rien de l'ennemi en lui mais il était plein des fruits de l'esprit. Lorsqu'il a été humilié et crucifié, choses qui auraient pu constituer une grande offense pour lui en tant que fils de Dieu, Jésus a trouvé l'occasion d'adresser une prière à son Père lui demandant de pardonner à ceux qui le persécutaient disant qu'ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient (Luc 23:34). C'est en pardonnant tout de suite et en priant pour nos ennemis qu'on se protège de l'offense. Cependant lorsque nous acceptons l'offense provoquée par ceux qui nous persécutent, nous acceptons qu'il y ait quelque chose de l'ennemi qui vienne habiter en nous.


Et lorsque les fruits du mal viennent habiter en vous, cela se fait au détriment d'un fruit de l'esprit. Ainsi, si avant d'accepter l'offense vous étiez joyeux, l'offense va vous confisquer ce fruit de l'esprit et le remplacer par la tristesse ou de la colère. Si vous aviez la paix, cette paix sera échangée contre de l'inquiétude. Cela est valable également pour celui qui est à l'origine de l'offense. S'il n'arrive pas à se pardonner lui-même du mal qu'il a commis, il tombe dans le piège de la culpabilité. La culpabilité va engendrer des regrets à n'en plus finir et voler le fruit de l'esprit de la joie et de la paix. Ainsi, un chrétien qui accepte l'offense ou la culpabilité, rétrograde forcément de dimension spirituelle dans laquelle il marche.


La troisième raison pour laquelle il faut protéger son coeur de l'offense est qu'elle vous fait régresser dans votre marche chrétienne. Tout au long de notre marche chrétienne, notre but est en définitive de ressembler à Christ en toute chose. L'apôtre Paul dira que son souhait était de communier avec Christ aussi bien dans les souffrances ainsi que dans la mort en espérant parvenir à la résurrection d'entre les morts comme Christ (Phil.3:10). Christ est donc notre modèle en toute chose. De ce fait, accepter l'offense ne nous rapproche pas de lui mais cela nous en éloigne. Les valeurs qu'enseigne Christ; celle du pardon, du don de soi, de la charité, de service aux autres, de la mort à soi-même, sont synonymes de grandeur dans le royaume de Dieu et dans le monde spirituel. Or, accepter l'offense c'est un peu comme baisser en standard: vous déléguez de nouveau une parcelle de votre être à l'ennemi qui pourra vous manipuler... vous n'aurez plus grand chose de différent d'un païen et vous baissez même en autorité face aux démons. Enfin, accepter l'offense c'est compromettre sa relation avec Dieu. Les prières et les offrandes d'une personne qui n'a pas pardonné sont de mauvaise odeur devant le Seigneur, il ne les reçoit pas. La parole dit d'ailleurs qu'avant de présenter son offrande, il faut d'abord se réconcilier avec son frère (Matthieu 5:24), de cette façon votre sacrifice sera d'une agréable odeur devant le Seigneur qui le recevra.


Je finis cet article par dire que comme pour toute chose, il faut savoir appliquer la sagesse et le discernement. Dieu peut se servir d'une situation malheureuse pour vous ouvrir les yeux sur un ami ou un fiancé indigne de votre confiance par exemple et vous pousser à rompre cette amitié ou ces fiançailles qui sont néfastes pour vous. Dans ce cas, il faut laisser partir la relation mais il faut TOUT DE SUITE pardonner à cette personne et prier pour elle de sorte à ce qu'elle se repente et que Christ se révèle à elle également. Pour ce qui est du conjoint et de la famille, Dieu n'est pas pour le divorce ni pour la destruction des familles. Efforcez-vous de pardonner et de prier pour vos proches. Toute proportion gardée, si vous vous retrouvez en cas de danger vital à cause d'un conjoint ou d'un proche abusif, le bon sens veut que vous sauviez d'abord votre vie en vous éloignant si possible du domicile et que vous priiez par la suite pour recevoir l'instruction du Seigneur.

© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.