Le coeur de Dieu pour les perdus (parabole du fils prodigue).

Mis à jour : sept. 4


La parabole du fils prodigue nous est conté en Luc 15:11-32. Alors que Jésus se trouvait avec des publicains et les gens de mauvaises vie, les pharisiens s'indignèrent en l'apercevant en si mauvaise compagnie et le critiquèrent. Ce à quoi Jésus répondit par plusieurs paraboles dont celle du fils prodigue.


La parabole du fils prodigue nous raconte l'histoire d'un homme qui avait deux fils. Un jour l'un des deux fils demande à son père la part d'héritage qui lui revient et s'en va pour un voyage lointain au cours duquel il dissipe tout son bien en vivant une vie de débauche. Après qu'il eut tout dépensé, une grande famine frappa le pays dans lequel il se trouvait et n'ayant plus aucun sous, il alla se mettre au service d'un des habitants de ce pays et il fut assigné aux champs à garder les pourceaux. 


La Bible nous dit qu'il aurait bien voulu se rassasier des carouges dont se nourrissaient les pourceaux mais que personnes ne lui en donnait. Après avoir  réfléchi à sa situation, le jeune homme décide de retourner chez son père en se disant qu'au moins là-bas, les mercenaires ont du pain en abondance et qu'il pourrait, après avoir demandé pardon à son père, réintégrer sa maison en tant que mercenaire car il était selon lui devenu indigne d'être appelé le fils de son père. 


Cependant à son arrivée, ému de compassion, le père accourt vers son fils, l'embrasse, donne l'ordre à ses serviteurs de lui mettre la plus belle robe, un anneau au doigt, des souliers aux pieds et de tuer un veau gras pour fêter les retrouvailles. Et c'est au milieu des danses et au son de la musique que fut accueilli le fils qui s'était perdu.


L'enseignement

Dans ce passage, le père représente Dieu, tendre et miséricordieux. Le fils prodigue représente le pécheur pas encore sauvé mais il peut aussi s'agir d'un chrétien qui est tombé dans le péché ou qui a rétrogradé. 


Lorsque ses enfants sortent du droit chemin, le coeur du Père souffre et ne désire qu'une seule chose, c'est que ses enfants reviennent à lui avec un repentir sincère. On voit que le fils qui s'était perdu revient avec un sentiment de culpabilité, il se dit indigne d'être de nouveau appelé fils de son Père. De la même façon, beaucoup de non-convertis se sentent indignes devant Dieu et se voient comme étant trop "sales" ou pas assez "pures" pour entrer dans les bonnes grâces du Père ce qui les poussent à remettre à plus tard leur conversion le temps pour eux d'arrêter de pécher méconnaissant que la solution pour en finir avec le péché c'est justement de se rapprocher du Père. Il se passe la même chose avec les chrétiens qui sont tombés dans l'iniquité ou qui ont rétrogradé. Ils sont piégés par le sentiment de culpabilité qui les maintient prisonniers du péché qu'ils ont commis, comme si le péché commis était irréparable et que la grâce de Dieu n'était pas assez grande pour l'effacer. Osée 14:4 nous dit que Dieu est capable de réparer même les infidélités et avoir de nouveau un amour sincère pour ses enfants. C'est pour dire qu'aucun péché, alors vraiment aucun péché, n'est plus grand que la miséricorde et de l'amour du Père. 


Jésus dit en Luc 15:7 qu'il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion. Ce qui veut dire que le regard de Dieu est fixé sur cet enfant qui n'est pas dans le droit chemin qui ressemble à une brebis égarée ou une pièce d'argent perdue et qu'on n'arrive pas à retrouver; Le coeur de Dieu ne sera satisfait que lorsqu'il aura retrouvé son enfant perdu.


Il est donc inutile de s'enfermer dans la culpabilité qui est un piège de l'ennemi qui nous fait croire que nous ne sommes pas assez bien pour être accepté par le Père ou que notre péché est trop grand ou trop sale pour qu'il soit pardonné. Bien au contraire la Bible nous dit que là où le péché abonde, la grâce de Dieu surabonde (Rm 5:20). 

© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.