La vérité sur l'Édom biblique: Non pas un mythe mais une réalité.


Dans le psaume 60, le psalmiste décrit la victoire de Dieu sur ses ennemis, en proclamant: «Moab est le bassin où je me lave ; sur Édom, je pose le talon".


Ce n’est que l’une des plus de 100 fois où Édom est mentionné dans l’Ancien Testament. Les Edomites étaient les descendants d’Ésaü, le frère aîné de Jacob. Le récit de la Genèse sur les jumeaux décrit Esaü comme ayant été "rouge" dès sa naissance. Souvenez-vous, Ésaü avait vendu son droit d'aînesse à Jacob pour un plat de lentilles. Édom signifie «rouge» en hébreu; ainsi, les descendants d’Ésaü sont connus sous le nom d’Édomites.


Au fil des ans, de nombreux érudits ont douté de l'existence même des Édomites, du moins, comme décrit dans les récits bibliques. Plus précisément, ils considéraient que la représentation des édomites dans le Pentateuque était en grande partie un mythe. Selon eux, le véritable royaume édomite aurait émergé trois siècles ou plus, plus tard, au cours de la dernière partie de la monarchie divisée d’Israël, et les descriptions concernant cette monarchie auraient été «intégrées» dans le récit de l’exode.


Eh bien, ces savants se sont trompés. Récemment, une équipe de fouilles dans la vallée de Timna en Israël a découvert une «société prospère et riche» datant du 12ème siècle avant Jésus-Christ. Quelles preuves l'équipe a-t-elle trouvé pour associer cette cité au royaume d'Edom? Un vaste réseau d'anciennes fonderies de cuivre a été découvert dans les régions d'Israël et de Jordanie que la Bible associe à Edom et cette découverte en constitue la preuve irréfutable.


Comme le chef d’équipe, Ezra Ben-Yosef, l’a déclaré au Jerusalem Post: «La fusion du cuivre était essentiellement une technologie de pointe des temps anciens." Compte tenu de la complexité du processus, toute société responsable de telles installations ne peut qu'être technologiquement sophistiquée et politiquement bien organisée.


Selon Ben-Yosef, "(ces) nouvelles découvertes contredisent l'opinion de nombreux archéologues selon laquelle [la région associée à l'Édom biblique] aurait été peuplée par un ensemble de tribus hétéroclites". Bien au contraire, "les résultats des fouilles montrent une cohérence avec le récit biblique qui stipule que le royaume d'Édom se trouvait bel et bien ici. "


La phrase “cohérente avec l'histoire biblique.” a beaucoup été mentionnée dans le monde de l'archéologie antique ces derniers temps. Par exemple, les fouilles à Ashkelon qui confirment le récit biblique des Philistins; les découvertes sur le mont Sion confirmant la destruction de Jérusalem par Babylone - pas seulement que cela s'est passé, mais aussi quand cela s'est passé; et ainsi de suite.


Vous pensez peut-être que le nombre considérable de découvertes de ces dernières décennies «cohérentes avec l'histoire biblique» a atténué le scepticisme systémique des érudits à l'égard de la Bible? Ça devrait, mais ce n'est malheureusement pas le cas.


Une des raisons pour lesquelles certains spécialistes restent obstinément sceptiques est que la plupart des archéologues et des spécialistes des sciences sociales ont la même approche pour le judaïsme et le christianisme que pour les autres religions - une approche qui occulte d'importantes distinctions.


Contrairement aux autres religions, les détails historiques sont essentiels, voire cruciaux, à la foi biblique. L'histoire biblique relate des événements qui ont eu lieu dans l'histoire humaine réelle. Contrairement aux autres religions, le personnage principal de l'histoire biblique est un Dieu qui a agi dans la vie des hommes, pas dans un passé mythique ou dans un autre univers, mais dans le même contexte que vous et moi ainsi que tous ceux qui sont passés sur cette terre.


Puisque la mémoire historique et les actions de Dieu dans l’histoire de l’humanité sont au cœur de la foi biblique, nous ne devrions pas être surpris lorsque des preuves de ses actions sont retrouvées sur terre.


Nous devrions être prêts à échanger sur les liens entre l'histoire et la foi, le cas échéant, si la question nous est posée. C’est un moyen formidable de partager avec nos amis, proches et collègues encore sceptiques, ce en quoi nous croyons et pourquoi nous y croyons.


Et pour vous aider à répondre aux questions difficiles auxquelles vous pouvez être confrontés, non seulement à propos du christianisme et de l'histoire, mais sur tout autre sujet, le Colson Center a lancé une nouvelle ressource intitulée «Que diriez-vous?». Chaque semaine, une nouvelle vidéo aborde une question difficile, offrant des réponses claires et utilisables que vous pouvez partager sur vos réseaux sociaux ou lors d'une conversation. Il suffit de vous abonner à WhatWouldYouSay.org (ressource en anglais).


Article traduit de l'anglais et tiré de www.christianheadlines.com

© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.