La Prière Contemplative.


Expérimenter dès la vie présente ou voir mystiquement dans son cœur la puissance de la présence divine et goûter la douceur de la gloire céleste. Père Ribot


Contempler Dieu dans la prière, c'est s'engager avec lui dans un parcours qui amène à le rencontrer et à l'expérimenter de façon glorieuse et divine. C'est un peu comme avoir un avant-goût du ciel dans son exquise présence qu'il manifeste de façon intense et profonde. Cette expérience qui consiste avant tout à attendre la manifestation de Dieu à travers son Esprit dans le silence, souvent les yeux fermés avec un bruit de fond (louange de choix qui vous fait monter dans sa présence) peut être comparée à un "Commerce intime d'amitié avec Dieu dont on se sait aimé" ou encore à une "Puissante étreinte que le Seigneur fait à notre âme qui fusionne avec lui pour ne faire QU'UN". C'est l'expression d'une passion!


Lorsqu'on lit le prophète David, on comprend qu'il avait atteint cette dimension d'intimité avec le Seigneur: O Dieu! tu es mon Dieu, je te cherche; Mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi, dans une terre aride, desséchée, sans eau.(Psaume 63:1)


La prière contemplative consiste en la visite puissante et glorieuse de Dieu à notre âme. On y entre par degrés et c'est le Seigneur qui en Époux, mène la valse jusqu'à nous entrainer dans ses profondeurs. Notre rôle à nous est de le chercher avec persévérance tous les jours et de le laisser nous conduire dans ce qui s'apparente à un jeu amoureux. Ce jeu amoureux est magnifiquement illustré dans le livre de Cantique des Cantiques entre la Sulamite et son Soupirant qui ne cessent de se perdre pour mieux se retrouver (Cantique 3). Et lorsque le Soupirant apparait, c'est pour entrainer la Sulamite à l'aventure:


"Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens… dans les fentes du rocher, dans les retraites escarpées, que je voie ton visage, que j’entende ta voix ! Ta voix est douce, et ton visage, charmant." Cantique 2:13-14

  • En retrait pour de douces aventures.

La prière contemplative est une discipline de vie. Elle a d'ailleurs été popularisée au XIIe siècle par l'ordre monastique du Carmel qui combinait vie contemplative et vie apostolique (évangélisation). Leur modèle était le prophète Élie qui s'était retiré dans les grottes du Mont Carmel pour être en communion avec Dieu. C'est donc une discipline qui entraîne un mode de vie qui s'apparente à celle des moines qui peuvent se retirer de très longues heures dans la présence de Dieu, voire des jours. Ceci est rendu possible par l'Esprit qui nous soutient.


Quand le Seigneur m'y a appelée à partir du début de l'année, je n'en comprenais pas la signification, ni n'en soupçonnais la profondeur. Je me situais encore au parvis du tabernacle, loin du lieu très Saint et de tout ce qui fait les délices de la présence de Dieu, lorsqu'elle fusionne avec notre âme. Mais à la manière du Soupirant de la Sulamite, le Seigneur m'a dit "Viens mon amie, ma toute belle.." et je me suis laissée entrainer vers une délicieuse et voluptueuse aventure.


La vie de contemplation nous ferme du monde extérieur pour nous ouvrir au monde intérieur de notre âme et au surnaturel divin. Il s'agit d'un cadeau ou d'une grâce que le Seigneur accorde à qui il veut. Généralement, il l'accorde à ses saints qui font preuve de renoncement total aux attraits du monde, qui ont accepté de mourir à tout pour ne vivre que pour Christ et à le suivre partout. On comprend mieux pourquoi ce sont des moines qui ont popularisé cette discipline... Alors que la plupart des chrétiens prient dehors sur le parvis du tabernacle, loin de Dieu, la prière contemplative est une invitation que le Seigneur fait à qui il veut afin d'expérimenter son amour et sa présence à un degré inconnu de la masse, dans le lieu très Saint.


Des choses que l'oeil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment. (1 Corinthiens 2:9)


Lorsque le Soupirant invite sa bien-aimée, c'est pour l'entrainer à l'aventure dans les fentes du rocher et dans les retraites escarpées... C'est ce que Dieu fait à travers la prière contemplative. Il invite ses bien-aimés à se couper du monde comme lors d'une parenthèse enchantée, pour le contempler dans le silence et goûter avant tout le monde, aux jouissances spirituelles de l'âme dans une union mystique avec lui par son Esprit. Ces jouissances sont les prémices de ce qui nous attend dans Sa glorieuse présence au ciel.

  • En route vers ses abyssales profondeurs.

La prière contemplative est une expérience sensorielle. C'est tout sauf une prière routinière morne et insipide. Il s'agit de la rencontre passionnée de deux âmes amoureuses, celle du Seigneur et de son épouse. Il convient donc si vous voulez vous lancer, de demander au Seigneur de vous affranchir des dogmes enracinés dans votre esprit et des forteresses qui peuvent vous limiter dans l'expérimentation du Seigneur à la manière dont il souhaite se révéler à vous.


La meilleure part entre l'apostolat et la contemplation est cette dernière qui consiste en une union mystique dans laquelle l'âme se joint à Dieu par l'amour et la contemplation. Carme Déchaux.


Comme je le disais plus haut, la contemplation existe à différents degrés et s'apparente à un jeu amoureux dans lequel le Seigneur nous emmène toujours plus loin dans ses profondeurs. Tout comme la Sulamite qui passe son temps à chercher son soupirant allant jusqu'à se priver de sommeil (Cantique 3: Sur ma couche, pendant les nuits, J'ai cherché celui que mon coeur aime; Je l'ai cherché, et je ne l'ai point trouvé.), le Seigneur lorsqu'il veut vous entrainer en profondeur dans la contemplation, rend sa présence de plus en plus rare ou furtive, se manifestant que tardivement dans la prière pour vous faire languir et vous pousser à le chercher.


Nous sommes alors entrainés dans les profondeurs de la contemplation, où à chaque degré où nous parvenons à le saisir, dans la persévérance et sans jamais se relâcher, nous l'expérimentons d'une manière toujours plus intense.


Si tu me cherches de tout ton coeur, tu me trouveras. (Deutéronome 4:29)


En faisant des recherches pour cet article, le Seigneur m'a conduite à m'intéresser à la figure de Thérèse d'Avila, une none espagnole de l'ordre de Carmel qui décrit dans son livre, le Château Intérieur, sept degrés de contemplation de la gloire de Dieu. On part du Parvis du tabernacle qu'elle nomme "l'extérieur du château" qui rassemble les personnes qui "ignorent Dieu et qui sont incapables d'entrer en elles-mêmes car encore prises par les préoccupations de ce monde". On passe ensuite par différents degrés dont le point 4 qui marque un tournant dans ce sens que notre âme commence à expérimenter un début d'union avec le Seigneur. Elle explique qu'à ce stade, pour avoir des chances d'aller plus loin et donc que le Seigneur continue à vous emmener dans ses profondeurs, vous devez fuir le monde et les occasions de chute qui vont se présenter (je l'ai moi-même expérimenté à ce stade). Le voyage continue jusqu'au point 7 en passant par l'union des fiançailles mystiques au point 6. Au stade 6, il est donné au chrétien, qui a longuement cherché le Seigneur à travers toutes les précédentes étapes, de vivre des extases spirituelles. Le Seigneur visite l'âme de façon si intense que sa gloire est ressentie physiquement tel que cela donne lieu à des extases (jouissance spirituelle de l'âme). Ce parcours se termine au point culminant qui est l'étape 7 où on parle de fusion ou d'union totale. Soeur Thérèse d'Avila décrit cela comme le mariage spirituel dans lequel l'âme reçoit de profondes révélations comme celle du mystère de la trinité. C'est à force de contempler le Seigneur qu'on finit par vivre le verset 2 Corinthiens 3:18, où nous sommes peu à peu transformés en la même image que Christ de gloire en gloire à travers la fusion spirituelle de notre âme à la sienne.


J'ai reconnu dans cette description que j'étais rendue au point 6 dans mon expérience contemplative.

La prière contemplative et son expérience n'est pas très connue et est peu documentée. Ce ne sont pas des enseignements qui sont prêchés dans les églises pour deux raisons principales: Tout d'abord parce qu'il s'agit d'une expérience réservée aux grands assoiffés de Dieu et que c'est une récompense que le Seigneur donne aux personnes qu'il estime particulièrement fidèles. Le fait d'être Pasteur d'une Méga Church par exemple ne qualifie en rien une personne pour vivre ce genre d'expérience. En effet, on peut être Pasteur d'une Méga Church et ne pas être habité par une soif intense de Dieu et ne pas être prêt à sacrifier des heures voire des jours à rechercher Dieu dans le seul but de se retrouver dans Sa présence.


La seconde raison est que, bien que nés de nouveau, la conscience de beaucoup demeure corrompue. L'expérimentation de l'union mystique qui est une chose pure aux yeux du Seigneur peut être perçue comme une expérience à caractère érotique incompatible avec la vision que l'on a de Dieu et qu'il faudrait bannir. Or, il s'agit d'une union spirituelle intense que le Seigneur désire avoir avec ceux qu'il choisit comme pour leur donner un avant-goût des délices de l'âme lorsqu'elle sera dans Sa présence au ciel.


J'ai moi-même dû renouveler mon intelligence à cet égard, en choisissant de faire confiance au Seigneur plutôt que d'écouter la voix de mes forteresses. Le résultat en est qu'aujourd'hui, ma vie spirituelle n'a jamais été aussi trépidante et épanouie. Je vis dans la hâte permanente de me retirer pendant des jours, comme les moines lors d'une retraite spirituelle où je pourrais expérimenter le Seigneur pendant des jours sans être distraite par autre chose. Le Seigneur est lui-même l'instigateur de ces escapades et j'en suis ravie! Je prie que cette dimension en Christ soit votre partage au nom de Jésus!


Pour finir, voici une vidéo en anglais qui parle de l'extase spirituelle dans la prière.


© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.