Un chrétien peut-il intenter une action en justice?


Ce sujet fait suite à un précédent article portant sur la façon de comprendre et d'interpréter les lois de l'ancien testament que je conseille de lire avant pour mieux comprendre ce qui va suivre. Au vu du caractère sévère et parfois violent de certaines lois données par Dieu à Moïse sur le Mont Sinaï, il était question d'apporter des éléments de réponses sur les éventuelles contradictions que l'on pouvait constater entre ces lois et les enseignements de Jésus. Nous pouvons lire en effet dans l'ancien testament des lois comme celles-ci: Lévitique 24:19-20 " Si un homme provoque une infirmité chez un de ses compatriotes, on lui fera comme il a fait : fracture pour fracture, œil pour œil, dent pour dent. Telle l’infirmité provoquée, telle l’infirmité subie." Or voici ce que nous enseigne Jésus: Matthieu 5:38 "Vous avez appris qu'il a été dit: oeil pour oeil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre...". En développant l'article nous avions expliqué que les lois données par Dieu étaient justes et ne contredisaient pas les enseignements de Jésus. En effet, dans l'ancienne alliance, le sacrifice de Jésus qui pardonne nos péchés n'avait pas encore été versé, de ce fait celui qui versait le sang ne pouvait expier son péché que par son propre sang, c'était la seule manière de parvenir à une justice équitable.


Qu'en est-il cependant d'aujourd'hui? Grâce au sacrifice de Jésus, il n'est plus question de payer de sa vie, de son pied ou de son bras pour expier d'un quelconque péché. Lorsqu'on regarde à Christ, son sang efface toutes nos transgressions et nous sommes rachetés de la malédiction de la loi. Quelle implication le sacrifice de Jésus-Christ a-t-il pour tout chrétien d'aujourd'hui? Lorsque nous subissons un préjudice quelconque, sommes-nous en droit de porter plainte et de nous faire justice par les moyens donnés par la loi?


1 Co. 6-7: C’est déjà un échec pour vous d’avoir des litiges entre vous. Pourquoi ne pas plutôt supporter l’injustice ? Pourquoi ne pas plutôt vous laisser dépouiller?


Dans ce passage, l'apôtre Paul exhorte les corinthiens à ne pas amener les affaires qui divisent la communauté aux tribunaux païens mais plutôt à régler ces différends dans la communauté et mieux encore, à supporter l'injustice.


Il est vrai que ce passage se réfère particulièrement aux chrétiens de la communauté de Corinthe et que de nos jours nous pouvons également avoir affaire à de nons-chrétiens qui peuvent nous causer tout un tas de préjudices. Ça peut aller d'un licenciement abusif à des crimes commis sur des personnes. Notre réponse devrait-elle être différente lorsque l'offense est causée par un non-chrétien? Devons-nous considérer la gravité de l'offense pour porter plainte, en se disant qu'il y a des préjudices qui peuvent passer et d'autres pour lesquels il faut absolument intenter une action en justice?

Nous avions expliqué dans ce précédent article, que dans le cas de la nouvelle alliance, de la même manière que le coupable est pardonné par le sang de Jésus, la victime (partie lésée) a le devoir de pardonner pour qu'elle même reçoive le pardon pour ses propres péchés. De cette façon, la justice peut être rétablie.


Dans ces conditions, intenter une action en justice, peu importe le dommage que vous avez subi reviendrait à renoncer vous même au pardon auquel vous avez droit par le sacrifice de Jésus.


La parole est en effet claire, (Matthieu 6:14): Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Refuser de pardonner aux hommes leurs offenses c'est s'exposer soi-même ne pas se faire pardonner ses propres offenses devant Dieu. S'il fallait absolument porter plainte pour une certaine catégorie de crimes, le sang de Jésus n'aurait jamais été assez efficace pour pardonner les crimes commis par l'apôtre Paul contre l'église. Il aurait fallu en plus du sacrifice de Jésus, chercher autre chose pour arriver à effacer tout le préjudice qu'il a fait subir à l'église. Or on sait que le sacrifice de Jésus suffit pour effacer toutes nos transgressons, de cette même façon, nous avons le devoir de pardonner ceux qui nous offensent peu importe la gravité de leurs offenses.


Cet enseignement peut ne pas rencontrer beaucoup de succès chez les tout jeunes chrétiens ou chez ceux dont l'intelligence n'a pas été renouvelée, pourtant c'est la vérité à la lumière des évangiles. Nous avons le devoir en tant que chrétiens d'être différents de ceux de ce monde et d'être une lumière pour eux. Quel message un chrétien qui porte plainte envoie-t-il au monde? Que se venger de ses ennemis est une bonne chose; qu'il faut rendre le mal par le mal; que Dieu n'a rien à dire dans ce genre de situation et qu'il vaut mieux recourir à la justice des hommes...


À moi la vengeance et la rétribution, Quand leur pied chancellera! Car le jour de leur malheur est proche, Et ce qui les attend ne tardera pas (Deutéronome 32:35).


Il est courant de voir des chrétiens remettre certains domaines de leur vie à Dieu mais de tenir pour chasse gardée d'autres domaines dont ils estiment qu'il doivent les régler à leur façon. Lorsque vous avez subi des injustices, aussi graves soient-elles, Dieu vous dit que votre devoir est de pardonner et de garder un coeur pur... Son devoir à lui c'est de vous restaurer dans vos droits qui ont été bafoués, de vous rétablir si vous avez été abusé. La justice des tribunaux vous apportera certes quelques compensations mais ne guérira pas votre coeur meurtri, ne réparera pas les dommages causés à votre être intérieur et ne vous élèvera pas. Or lorsque vous portez votre cas auprès de Dieu, il sait non seulement vous consoler, vous redonner votre joie, vous rendre justice et vous élever là où vous aviez perdu tout honneur.

© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.