Sommet sur la liberté religieuse: Des sanctions ont été annoncées.


WASHINGTON (RNS) - Les responsables de l’administration Trump ont annoncé une nouvelle coalition avec des partenaires américains défendant la liberté religieuse et proposant de nouvelles sanctions à l’encontre des responsables militaires étrangers qui soutiennent des pays que les États-Unis considèrent comme des instigateurs de la persécution religieuse.


L’évolution de la situation (jeudi 18 juillet) a été l’un des faits saillants du dernier jour de la réunion ministérielle sur la promotion de la liberté religieuse du département d’État. Les ministres des Affaires étrangères ont également indiqué à tour de rôle que leurs pays s'emploient à promouvoir la liberté religieuse. Cela a suivi deux jours de réunions au cours desquelles des survivants aux persécutions ont partagé les récits des attaques qu'ils ont subies et près de 900 chefs religieux et activistes présents ont élaboré des plans d'action pour favoriser l'entente interconfessionnelle.


Avant un rassemblement de représentants de 106 pays, le secrétaire d'État Mike Pompeo a annoncé son intention de créer l'Alliance internationale pour la liberté religieuse."Nous espérons que cette nouvelle initiative - le tout premier organisme international consacré à ce sujet spécifique - s'appuiera sur les efforts déployés à ce jour et réunira des pays aux vues similaires pour relever les défis de la liberté religieuse à l'échelle internationale", a-t-il déclaré. "Cela fournira un cadre pour le travail que nous faisons ici qui portera ses fruits tout au long de l'année."


Le vice-président Mike Pence, a déclaré que les Etats-Unis avaient imposé des sanctions à deux dirigeants de milices soutenues par l'Iran, qui auraient "terrorisé le peuple de la plaine de Ninive", une région du nord de l'Irak où des minorités religieuses, y compris des chrétiens et des yézidis, sont persécutées."Les États-Unis se tiennent aux côtés de toutes les victimes de persécution religieuse et le peuple américain les porte dans son coeur - et dans ses prières", a déclaré Pence.


Plus tôt dans la semaine, le gouvernement américain a empêché plusieurs responsables militaires du Myanmar d'entrer sur le sol américain en raison de, selon la déclaration du Département d'État, leur implication dans le nettoyage ethnique des Rohingya, une minorité ethnique musulmane comptant quelque 700 000 membres qui ont ont dû chercher secours dans des camps de réfugiés au Bangladesh voisin. Le président Trump a également rencontré mercredi une vingtaine de survivants de violences religieuses dans le bureau ovale.


Au cours de ces trois jours, les orateurs ont salué les victoires remportées pour la liberté religieuse depuis la première réunion ministérielle de l’année dernière. Cela incluait la libération du pasteur Andrew Brunson, un évangéliste américain détenu en Turquie depuis deux ans. Lors d'un déjeuner des chefs de délégation organisé le jeudi, il a prié pour les personnes réunies en disant: "Je vous bénis au nom de mon roi, Jésus-Christ." Plus tôt dans la semaine, les participants au sommet ont entendu l’histoire d’Asia Bibi, une chrétienne pakistanaise qui a été acquittée pour blasphème.


Un grand nombre des survivants aux violences religieuses qui ont pris la parole au sommet ont rappelé aux participants qu'il reste encore des personnes persécutées pour leur religion à travers le monde. «Je veux que vous sachiez tous qu'il y a 200 autres Bibis en prison accusés de blasphème au Pakistan aujourd'hui», a déclaré Shaan Taseer, fils d'un gouverneur pakistanais tué pour avoir soutenu Bibi ainsi que d'avoir demandé l'abolition des lois pakistanaises sur le blasphème. "Et ce ne sont que les cas signalés."


Taseer, qui vit au Canada, a demandé au défenseur des libertés religieuses internationales, Sam Brownback, de faire le point sur le sort des personnes incarcérées pour blasphème lors de la prochaine visite à la Maison Blanche du Premier ministre pakistanais Imran Khan. "Nous ferons part de votre préoccupation à la réunion avec le président et le premier ministre ce week-end", a assuré Brownback. Les critiques se sont demandés si la première conférence ministérielle, qui avait publié une déclaration et un plan d'action sur les libertés religieuses, avait réellement été un succès.


Mark Weitzman, directeur des affaires gouvernementales du Centre Simon Wiesenthal, a déclaré que la deuxième réunion ministérielle "était très substantielle". Il a souligné en particulier que la Présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, s’est associée à l’ancien représentant américain Frank Wolf, architecte de la Loi de 1998 portant sur la liberté religieuse, pour condamner les actes commis par la Chine contre de nombreux groupes religieux, notamment les catholiques, les bouddhistes tibétains et les musulmans ouïghours. «À moins que nous ne voulions dénoncer les droits de l'homme et les violations de la liberté religieuse en Chine, nous perdons toute autorité morale pour en parler partout ailleurs dans le monde», a déclaré Pelosi pendant le sommet.


De nombreux orateurs, des érudits aux émissaires de la liberté religieuse au clergé, ont appelé à des changements législatifs dans le sens d'une plus grande liberté religieuse. Ils ont également appelé à un renforcement de l'éducation interconfessionnelle et des relations personnelles entre les différents départements de la foi. «A quoi sert la colonisation humaine de l'espace si nous sommes toujours incapables de comprendre nos concitoyens du monde, nos voisins et même de nous entendre entre nous ici sur terre?», A demandé Cheikh Abdullah Bin Bayyah, président du Forum pour la promotion de la Paix dans les sociétés musulmanes basé à Abou Dhabi. Ses remarques, exprimées en arabe, ont été traduites par Cheikh Hamza Yusuf, cofondateur du Zaytuna College de Berkeley, en Californie.


Le ministre évangélique du Texas, Bob Roberts, qui a pris part à une table ronde mercredi avec le rabbin David Saperstein, ancien ambassadeur américain à la liberté religieuse, et l'Imam Mohamed Magid, ancien président de la Société islamique d'Amérique du Nord, a suggéré aux chrétiens, aux juifs et aux musulmans de faire connaissance dans leurs communautés locales. Il a plaidé pour une visite réciproque des lieux de culte et des dîners dans les maisons des uns et des autres, puis a indiqué que les participants au sommet semblaient intéressés à mettre en pratique ses propositions. "J'ai une poche pleine de cartes", a-t-il déclaré dans une interview, plus tard dans la journée, sur les cartes de visite qu'il avait reçues juste après avoir parlé à des personnes de plusieurs pays comme l'Inde, la Malaisie et l'Indonésie. «Les déclarations sont agréables. Les lois sont nécessaires. Mais sans une base solide, cela ne signifie rien du tout".


Plusieurs événements de suivi axés sur la liberté confessionnelle ont été annoncés lors de la conférence ministérielle. Callista Gingrich, ambassadeur des États-Unis auprès du Saint-Siège, a annoncé lors d'une réception mercredi que, à la suite de la conférence ministérielle, un colloque conjoint se tiendrait le 2 octobre à Rome sur le rôle des groupes confessionnels dans la protection de la liberté religieuse, l'aide humanitaire et la lutte contre la traite des êtres humains.


Pompeo a déclaré que l'Albanie, la Colombie et le Maroc prévoient également d'organiser prochainement des conférences régionales.


Article traduit de l'anglais et tiré de www.christianheadlines.com

© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.