• carinejiofack

Précher les Étranges Faits du Christianisme


Un historien agnostique a donné des conseils intéressants aux chrétiens qui veulent qu'on prête attention à ce qu'ils ont à dire au sein d'une culture sceptique: « Prêchez sur les faits étranges ».


Dans une récente interview vidéo avec Glen Scrivener de Speak Life, Tom Holland, historien gagnant du prix du "monde antique" et auteur du livre "Dominion", a déclaré que les chrétiens ne devraient pas craindre ces choses qui rendent la foi unique. Par exemple, l'idée que Jésus de Nazareth est à la fois Dieu et homme, disait Holland. Le fait même de l'incarnation de Dieu est l'élément qui fait la "singularité" du Christianisme, selon Holland.


Les chrétiens, surtout à la lumière des sensibilités modernes, sont tentés de minimiser la dimension surnaturelle de la foi. Pourtant, Holland affirme que les chrétiens devraient insister sur des choses telles que les anges, les démons et les miracles. Non seulement ces croyances sont non-négociables dans l’histoire ainsi que dans le christianisme confessionnel, mais elles sont à la base d’une grande partie des grands arts et de la littérature du monde. Les plus grands apports du christianisme, ceux qui ont littéralement transformé le monde, comme Holland l'a documenté dans Dominion, sont fondés sur son «étrange substance».


Mieux encore, ces vérités ont résisté à l'épreuve du temps. C'est peut-être parce qu'elles sont vraies.


Au début du troisième siècle, le père de l'église, Tertullien, a écrit que la mort et la résurrection du Christ « sont tout à fait crédibles, car elles sont inconvenables. . . [et] c'est certain, parce que c'est impossible ». Tertullien a compris que le christianisme relève des faits que les gens trouveront, au mieux, bizarres et, au pire, offensants. Et même à l'époque, les gens ont essayé de rendre le christianisme plus agréable aux oreilles contemporaines. Par exemple, les Gnostiques, pensant que l'Incarnation et la résurrection corporelle étaient des non-démarreurs philosophiques pour le monde, ont présenté Jésus en un "sage" et "dispensateur de sagesse cachée", et Sa résurrection physique en une résurrection spirituelle.


Quinze cents ans plus tard, dans le soi-disant «Âge des Lumières», les idées chrétiennes comme la divinité du Christ, la Trinité, les miracles et l'autorité des Écritures étaient considérées comme des pierres d'achoppement insurmontables pour les esprits sophistiqués. Ainsi, des tentatives ont été faites, une fois de plus, pour réinventer Jésus et le christianisme en fonction de l'esprit de l'époque: Jésus était un grand enseignant mais pas divin, les miracles avaient des explications rationnelles et les Écritures pouvaient être examinées scientifiquement tout en enseignant la bonne morale.


Bien sûr, les tentatives jeffersoniennes pour supprimer le surnaturel n'ont laissé aucune raison d'accorder à Jésus un statut plus élevé que tout autre professeur de morale ou philosophe, malgré les meilleures tentatives de personnes telles que Friedrich Schleiermacher pour gagner l'approbation intellectuelle des «méprisants cultivés» du christianisme.


En d'autres termes, réinventer Jésus et le christianisme pour plaire aux sceptiques et aux non-croyants n'est pas nouveau. Le résultat est toujours le même: nous nous retrouvons avec un Jésus qui ne ressemble en rien au Jésus de la Bible mais qui ressemble énormément à la personne qui le réinvente.


Dans les années 60 et 70, de nombreuses églises américaines ont tenté de paraître « importantes» en embrassant des causes politiques à la mode tout en minimisant et même en niant l'orthodoxie chrétienne historique. Depuis, ces églises ont attiré des milliers de membres. Aujourd'hui, beaucoup ont choisi de réinventer Jésus à l'image d'un révolutionnaire social ou en tant que champion de la révolution sexuelle. Aujourd’hui, beaucoup de ces églises sont menacées de disparaitre.


Les académiques peuvent débattre (et ils le font) de la question de savoir si la perte de membres est causée ou non par les tentatives de ces églises de paraitre importantes, mais une église qui ne fait que répéter le New York Times ne donne à personne une raison impérieuse de se lever le dimanche matin. Pourquoi assister à un sermon ennuyeux alors qu'on peu tranquillement regarder les infos à la télé?


Ce qui est important pour la culture de masse sera toujours une cible mouvante. Comme l’a dit un jour William Inge, le doyen de la cathédrale Saint-Paul: « Quiconque épousera l’esprit de cette époque se trouvera veuf dans l’autre.» Essayer de gagner l’approbation des non-chrétiens en changeant le message du christianisme est autant une perte de temps qu’à l’époque de Tertullien. De plus, le message du christianisme est vrai, ce qui signifie que nous n'avons pas à le rendre important. C'est déjà pertinent dans la réalité!


Tom Holland a raison. Prêchons la vérité. Dieu existe. Les miracles se produisent. Jésus est Dieu incarné. Il est le premier ressuscité d'entre les morts. Il veut que l'on soit saints comme Lui est saint. Il reviendra pour juger les vivants et les morts. Vous savez tous ces « trucs bizarres »...


Traduction française de l'article Preach Christianity's Weird Stuff, écrit par John Stonestreet & Roberto Rivera et publié le 10 Décembre 2020

8 vues0 commentaire
© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.
N° SIRET : 895 191 740 00011