Jeune mère, elle décide de renoncer à tout pour suivre Christ.


NAIROBI, Kenya, 4 octobre 2019 (Morning Star News) - Le mari de Sa'aada Hussein ne semblait pas être un musulman rigoriste selon les standards très strictes somaliens. Elle a donc pensé qu'elle aurait pu lui demander la permission de lire la Bible.


Après tout, son mari mâchait du khat, une plante euphorisante qui se trouve en Afrique de l’Est qui, selon les dirigeants islamiques, est interdite. Bien qu'elle ait vu, en grandissant, sa famille pratiquer des rituels musulmans à Bosaso, dans le nord de la Somalie, Hussein avait secrètement placé sa foi en Christ dès sa jeune vingtaine.


Après avoir épousé un homme de confession musulmane en 2010, elle avait renoncé à sa foi mais secrètement redonné sa vie à Christ en 2017. Elle a eu deux enfants alors qu'elle commençait à lire à nouveau la Bible en secret, qu'un ex-petit ami lui avait donnée avant qu'elle se marie.


«Je craignais que mon mari dénonce ma croyance en Issa [Jésus] aux membres de ma famille élargie. Je suis donc restée secrètement chrétienne pendant un an», a déclaré Hussein, âgé de 32 ans, au téléphone. «En janvier 2019, j'ai décidé de demander à mon mari de me permettre de lire la Bible, mais il a refusé malgré le fait qu'il n'était pas lui même un bon musulman puisqu'il mâchait du khat.»

Au lieu de cela, il l'a dénoncée auprès des membres de sa famille élargie dans un pays où renoncer à l'Islam est passible de la peine de mort. Même si le tribunal du pays régi par la charia (loi islamique) ne l'exécutait pas, nombreuses sont les familles qui la lapideraient à mort.


«Le 20 février, la famille ainsi que les membres du clan m'ont convoqué pour m'interroger sur mes lectures de la Bible», a déclaré Hussein à Morning Star News. "Je savais que tout ceci allait très mal finir alors j'ai décidé de quitter mon mari."


Elle a tout quitté, y compris ses enfants âgés de 6 et 8 ans - le même jour. Elle a également laissé derrière elle son gagne-pain, un carrière prometteuse dans la vente de vêtements dans l'entreprise familiale.


Craignant pour sa vie et sachant que la loi islamique confie la garde des enfants au père lorsqu'une épouse choisit de renoncer à l'islam décide de divorcer, elle a quitté sa famille et son gagne-pain plutôt que de renoncer à Christ, a-t-elle déclaré.


« À cause des traditions et de l'oppression que l'Islam exerce sur les femmes, j'ai perdu mes enfants, mes parents et mes proches à la suite de ma conversion: ce fut une épreuve extrêmement douloureuse et mon âme a été blessée», a-t-elle déclaré. «Cela fait huit mois que je n'ai pas pu joindre mes enfants même par téléphone.»


Ayant déménagé dans une autre région de la Somalie, non divulguée, Hussein a déclaré qu'elle s'est intéressée aux livres reconnus par l'islam - la Torah, les Psaumes et les Evangiles - avant de devenir chrétienne.


«Je n'ai pas pu mettre la main dessus pendant longtemps, mais je n'ai demandé à personne car je craignais pour ma vie», a-t-elle déclaré. «Après quelques années, j'ai rencontré un croyant somalien dans mon village qui voulait que je sois sa petite amie. Au bout d'un an, je lui ai demandé s'il pouvait me procurer les autres livres reconnus par l'Islam, ce qu'il a fait par l'intermédiaire de son ami kényan. ”


Il lui apporta une Bible, lui assurant qu'elle comprenait la Taurat (Torah), le Zabur (Psaumes) et les Injeel (Évangiles), a-t-elle dit. Après avoir lu la Bible, elle a conclu que les musulmans avaient tort d'accuser les chrétiens d'utiliser des textes corrompus.


«Lorsque j'ai lu la Bible, j'ai été convaincue et j'ai choisi de suivre Issa [Jésus] », a déclaré Hussein.

Lorsque son petit ami de l'époque était parti poursuivre ses études ailleurs, elle avait pris des distances avec sa foi en Christ pendant huit ans après son mariage avec son époux de confession musulmane.


«Vers la fin de 2017, j'ai décidé de renouer avec mon vieil ami qui m'avait donné la Bible et j'ai redonné ma vie à Issa», a déclaré Hussein, qui a trouvé une nouvelle famille composée de frères et de soeurs en Christ dans une église souterraine (illégale). «J'aimerais aider d'autres croyantes en Christ, ex-musulmanes, à se garder d'épouser de nouveau des hommes musulmans, car elles en souffriraient, comme ce fut le cas pour moi lorsque j'ai perdu, famille et travail, de sorte que maintenant je n'ai plus d'autres choix que de vivre avec des amis."


Le chef de l'église souterraine a demandé de prier pour elle et pour les autres convertis.


"S'il vous plaît, je demande à l'église libre de prier pour Hussein et les autres convertis de l'islam au christianisme pour qu'ils soient réconfortés et soutenus alors qu'ils embrassent leur nouvelle foi en Christ", a-t-il déclaré. "Certains d'entre eux vivent des situations désespérées et ils ont besoin d'être réconfortés par le Saint-Esprit."


Selon la constitution de la Somalie, l’islam est la religion d’État et la propagation de toute autre religion est interdite, selon le département d’État des États-Unis. Elle exige également que les lois soient conformes aux principes de la loi islamique, sans aucune exception pour les non-musulmans.

La Somalie est classée 3ème sur la liste de surveillance du groupe chrétien Open Doors 2019 parmi les 50 pays où il est difficile d’être chrétien.


Si vous souhaitez aider les chrétiens persécutés dans le monde, visitez

http://morningstarnews.org/resources/aid-agencies/ pour obtenir une liste des organisations pouvant vous orienter.


Si vous ou votre organisation souhaitez soutenir le journal Morning Star News pour qu'il puisse continuer à sensibiliser le monde sur le sort des chrétiens persécutés dans le monde par des reportages et d'autres contenus, vous pouvez collaborer via ce site: https://morningstarnews.org/donate/


Article traduit de l'anglais et tiré de www.christianheadlines.com



© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.