En Chine, les chrétiens sont dénombrés afin d'être surveillés.


Le gouvernement central chinois a intensifié sa répression contre les chrétiens ces derniers mois, ordonnant aux autorités locales de compter le nombre de citoyens chrétiens afin de les surveiller, selon un nouveau rapport. Le PCC (Parti communiste chinois) menace même les responsables des villes et des villages de sanctions si le nombre de personnes recensées s'avère incorrect.


Trois autorités locales de la ville de Yongcheng, dans la province du Henan, ont été suspendus en avril, parce que leur rapport au gouvernement avait été jugé insuffisant.


«Le gouvernement prend très au sérieux la question de la religion maintenant», a déclaré à Bitter Winter, surveillant des libertés des religions dans le pays, un responsable du gouvernement local non identifié de la province du Henan. «Chaque jour, ils nous demandent combien de personnes dans notre village croient en Dieu. Si nous disons qu'il n'y a pas de croyants, ils prétendent que nous dissimulons ce que nous savons et que nous ne le rapportons pas.


«S'il est avéré que nous n'avons pas signalé la situation de manière véridique, nous sommes sanctionnés. Nous devons maintenant faire rapport de nos travaux au gouvernement du canton deux fois par jour. Nous devons également remplir un formulaire le soir. Nous sommes tellement occupés que nous n’avons plus du tout de temps libre".


Les trois responsables locaux ont finalement été réintégrés.


«Une attention particulière est accordée à ce travail. C’est comme si nos vies étaient menacées », a déclaré un responsable local. "Après avoir signalé quelqu'un, nous devons restreindre ses mouvements et signaler sa situation tous les jours."


Ce responsable local qui a parlé à Bitter Winter a déclaré que Pékin craignait que le nombre de chrétiens ne croisse trop rapidement et que les croyants puissent saper le message du PCC - voire même renverser le gouvernement central. Pékin estime que "des mesures doivent être prises et que le nombre de croyants ne peut continuer à augmenter", a déclaré le responsable local.


Les adeptes du bouddhisme et du taoïsme sont également surveillés.


Les responsables du gouvernement central utilisent une plate-forme de messagerie, WeChat, pour partager des informations sur les chrétiens et les fidèles d'autres religions. Par exemple, lors de la Dormition de la vierge de l’année dernière - une fête catholique qui se déroule le 15 août -, il a été demandé aux autorités locales de surveiller les citoyens catholiques. Une femme catholique qui prenait un bus pour se rendre dans une ville voisine a été interceptée et a dû rentrer chez elle, selon un responsable de la province de Jiangxi.


«Les responsables gouvernementaux ont un groupe WeChat», a déclaré à Bitter Winter, un responsable de Jiangxi. «Toutes les informations y sont partagées: les dernières ordonnances des plus hautes autorités, l'état des inspections régulières des lieux de culte, des photos de fidèles et de leurs mouvements pendant les fêtes religieuses, des activités dans des lieux de réunion fermés. Les fonctionnaires supérieurs peuvent facilement déterminer l'activité religieuse dans les zones locales. Ils peuvent même traiter n'importe quelle question, quelle que soit son importance, et effectuer une surveillance à distance en temps réel. ”


Article traduit de l'anglais et tiré de www.christianheadlines.com

© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.