5 choses qui devraient cesser dans les églises.


Article de Shane Idleman, rédacteur au ChristianHeadlines.com


Pasteurs, nous ne sommes pas des pom-pom girls, nous sommes ceux qui doivent apporter le changement. Nous sommes appelés à apporter la conviction dans les coeurs pour que le changement se produise parmi les nations. Certes, il y a de nombreux pasteurs et églises formidables - j'apprécie leur ministère, mais dans l'ensemble l'église a perdu son chemin. Elle a perdu la boussole de la vérité - beaucoup sont plus préoccupés par la dégustation de vin et de bières artisanales que par la véritable recherche du cœur de Dieu.


L'église régule la condition spirituelle du peuple de Dieu qui à son tour affecte les nations. Une église qui devient tiède reflète le manque de conviction dans le travail pastoral.


Les pasteurs et les responsables chrétiens doivent assumer la responsabilité de la santé spirituelle de l'église d'aujourd'hui et de la nation. Nous n’avons pas besoin de plus de plans marketing, d’études démographiques ou de campagnes de dons; nous avons besoin d'hommes remplis de l'Esprit de Dieu.


Ce n’est pas une lettre de réprimande (je ne suis pas en position de le faire), c’est un plaidoyer taché de larmes pour réveiller les responsables spirituels afin que nous cherchions à nouveau le cœur de Dieu. Voici cinq points que l'église actuelle doit surmonter:


1. Arrêtez de diluer l'évangile. La vérité est souvent atténuée pour ne pas offenser les membres et attirer plus de public. Le jugement n'est jamais prêché et la repentance est rarement mentionnée. Nous sommes plus préoccupés à agrandir l'église plutôt que de briser un cœur; être politiquement correct plutôt que bibliquement correct; dorloter et réconforter plutôt que de déranger et convaincre de péché. Le pouvoir de l'Évangile se trouve dans la vérité sur l'Évangile - la version révisée ne change pas les vies.


2. Cessez de vous concentrer uniquement sur les exhortations. Nous avons tous besoin d’encouragements, c’est un fait, mais la plupart des gens se sentent abattus parce qu’ils n’entendent pas davantage parler de repentance - «repentez-vous et vivez des moments de rafraîchissement de la présence du Seigneur» (cf. Ac 3:19). Pour vraiment aider les gens, nous devons prêcher les vérités difficiles aussi bien que les joyeuses; prêcher la croix et la vie nouvelle; prêcher l'enfer et prêcher le ciel; prêcher la damnation et prêcher le Salut; prêcher le péché et prêcher la grâce; prêcher la colère et prêcher l'amour; prêcher le jugement et prêcher la miséricorde; prêcher l'obéissance et prêcher le pardon; prêcher que Dieu est «amour», mais ne pas oublier que Dieu est juste. C'est l'amour de Dieu qui nous oblige à partager toute sa vérité.


3. Arrêtez de concevoir vos prédications sur base de la psychologie populaire ou des dernières tendances. Nous devons tous retourner dans le lieu secret de la prière où se produisent le brisement, l'humilité et la pleine soumission. Dieu prépare le messager avant de préparer le message. Sans prière, «l'église devient un cimetière et pas une armée en guerre. La louange et la prière sont étouffées; l'adoration est morte. Le prédicateur et la prédication encouragent le péché au lieu de la sainteté… la prédication qui tue est une prédication sans prière. Sans prière, le prédicateur crée la mort et non la vie »(E.M. Bounds). «Sans le battement de coeur de la prière, le corps de Christ ressemblera à un cadavre. L'église meurt debout parce qu'elle ne vit pas à genoux »(Al Whittinghill).


4. Arrêtez de vous conformer au monde. Si un pasteur remplit son esprit des choses du monde toute la semaine et s'attend à ce que l'Esprit de Dieu se manifeste avec puissance le dimanche, il se trompera gravement. «La prédication n'est pas efficace sans consécration. Les hommes morts donnent des sermons morts, et des sermons morts tuent. Tout dépend du niveau de consécration du prédicateur »(E.M. Bounds). La prédication du pasteur sera teintée de ce qui nourrit son esprit toute la semaine. Nous sommes appelés à une vie à part, guidée par le Saint-Esprit et non par Hollywood.


Lorsque Dieu apporte le changement, la séparation et la prière sont des éléments catalyseurs. La léthargie, la sécheresse ainsi que la mort dans laquelle se retrouve l'église reflètent simplement le fait que nous ne sommes pas remplis du Saint-Esprit. Bien que les dévotions et les prières de 5 minutes soient bonnes, elles ne seront pas suffisantes pendant ces temps sombres. Nous avons besoin de moments puissants de prière, de louange et d'adoration. Encore une fois, Dieu prépare le messager avant que nous préparions le message. Il faut des hommes brisés pour briser des hommes. Débranchez la télévision, désactivez Facebook et revenez à la Parole, à la prière et à la louange.


5. Arrêtez de demander: «Ce sujet va-t-il offenser mon public?» Et commencez à vous demander: «Est-ce que mon silence offensera Dieu?». Voici une citation souvent attribuée à Alexis De Tocqueville, un Français qui a écrit Democracy in America au début du XIXe siècle pour mieux comprendre ce point: «J'ai parcouru toute l'Amérique pour trouver l'origine de sa grandeur. Je l'ai cherchée dans ses ports et sur ses rivages, dans ses champs fertiles et ses prairies sans bornes, ainsi que dans ses mines d'or et son vaste commerce mondial, mais elle n'était pas là ... Ce n'est pas avant que je sois allé dans les églises d'Amérique et que J'aie entendu ses tribunes enflammées de justice, que j'ai compris le secret de son succès. L'Amérique est grande parce qu'elle est bonne et si l'Amérique cesse d'être bonne, l'Amérique cessera d'être grande. "


Votre tribune est-elle enflammée de justice ? - tout commence par là.



© 2020 L'univers de Bondoly - Tous droits réservés.